Magdalena Lamri lit je ne chasse pas sur mon territoire

Magdalena Lamri, artiste, https://www.magdalenalamri.com/

Ce goût de cendres dans la bouche…

Ce goût de cendres dans la bouche, vous le sentez ? Comme lorsque la forêt s’est entièrement consumée, et qu’il ne reste plus que quelques braises, ici et là, disséminées dans un hasard sauvage qui heurte notre vision hiérarchique des lois du monde,

notre goût pour l’emboîtement des structures…

….quelques braises éparpillées comme un mirage, lointain et déloyal.

Oui, il y a quelque chose de déloyal dans le scintillement anarchique des braises qui vient rappeler qu’il y a eu vie, qu’il y a eu désir, force, espoir, faille, joie et peine, perte et fracas…

…chute

Oui, il y a la chute, ce grand effondrement, ce basculement obscur vers d’autres territoires

oui, toujours, il y a la chute

Vous voyez de quoi je veux parler ?

Vous vous êtes déjà vus tomber ?

Je crois, moi, que la chute n’est rien d’autre qu’une mesure de notre ignorance. Elle nous précipite vers l’inconnu et donne a posteriori une couleur à la chorégraphie de nos danses.

j’étais tellement agitée

                          que j’allais casser

                         peut-être qu’à force de m’agiter

j’étais en train de passer d’un état solide à un état gazeux

Il se peut aussi que je me sois préparée encore une fois à rebondir –induire une courbure dans l’espace-temps- 

pour changer de direction ?

Je suis peut-être trop souple. 

J’aurais pu sombrer dans la mélancolie.

                         (On dit que les personnes mélancoliques ont tendance à être sereines face à une catastrophe,  qu’elles se laissent glisser, couler et fondre dans le danger : vous la voyez cette planète qui vient nous percuter de front ? Eh bien laissez-là s’immiscer au plus profond)

Je ne sais pas à partir de quand j’ai commencé

à voir les choses autrement,

dans le déplacement,

à me poser d’autres questions.

Peut-on amener un corps à se mouvoir vers un lieu autre que son lieu propre? C’était tentant, cette proposition, et je n’avais pas d’autre solution. J’avoue que je n’y ai vu que des avantages, je n’ai pas pensé au pire. Et maintenant je sais que si on amène un corps à changer de territoire son mouvement sera violent et, d’une certaine manière, contre nature.

Mais l’idée du pire ne m’avait même pas traversée.

Laissez-moi le temps de vous expliquer.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s