Frédéric Aribit lit je ne chasse pas sur mon territoire

https://www.facebook.com/frederic.aribit

Je crois que j’ai largement purgé ma peine. Je vis avec le poids de la mort d’un homme que je n’ai pas souhaitée et le traumatisme que la reconnaissance de mon statut de victime ne se soit exprimé que dans la légèreté, toute relative, de ma condamnation.

Je ne sais pas vraiment à quoi cela sert de me tenir enfermée comme un fauve.

Je ne suis pas une  louve pour les autres.

Je n’ai pas convoité, poursuivi, attaqué.

Je me suis juste  défendue en terrain inconnu.

Et j’ai un nouveau projet de série, que j’aimerais bien réaliser, avant que la résilience et la résignation le fassent s’envoler en fumée :

je ne chasse pas sur mon territoire

Il dira les sorties de route et les imprévus, les défis qu’on se lance pour déconstruire les mythes, étendre les frontières jusqu’à l’excès.

Il ira chercher de l’autre côté du jour, en Finlande, la nuit et son obscurité.

Il dira tout ce qui s’est passé entre les faits et que je ne vous dis pas, parce qu’on me le déconseille, parce qu’il faudrait que devant la justice  tout  apparaisse dans son plus simple appareil et qu’il ne faut surtout pas parler du mal, qui est parfois pris dans la nasse, comme une anguille.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s